lundi 5 décembre 2022

Une banque canadienne lance une carte de crédit liée aux émissions de carbone

Une banque au Canada est devenue la première au pays à lancer une carte de crédit qui suit les émissions de carbone d'un client, alors que l'on craint qu'un tel système ne soit un jour utilisé pour restreindre les achats.

Dans un effort de la coopérative de crédit pour afficher son engagement envers «l'action climatique», Vancity proposera une carte de crédit qui lie les achats aux émissions de carbone, permettant aux clients de comparer leur empreinte carbone mensuelle à la moyenne nationale.

La banque conseillera également les clients sur la manière de limiter leur empreinte carbone.

« Nous savons que de nombreux membres de Vancity recherchent des moyens de réduire leur impact sur l'environnement, en particulier en ce qui concerne les émissions qui causent le changement climatique », a déclaré Jonathan Fowlie, directeur des relations extérieures de Vancity.

« En tant que coopérative financière appartenant à ses membres, nous croyons qu'il est de notre devoir de faire tout ce que nous pouvons pour aider, surtout en ce qui concerne les décisions que les gens prennent avec leur argent. Cet outil fournira aux titulaires de cartes de crédit Vancity Visa des informations précieuses sur leurs achats et leur permettra de relier leurs décisions de dépenses quotidiennes au changement qu'ils souhaitent voir dans le monde.

Selon une étude menée par Visa, plus de 50 % des Canadiens souhaitent surveiller leur empreinte carbone.

2 commentaires

Une banque au Canada est devenue la première au pays à lancer une carte de crédit qui suit les émissions de carbone d'un client, alors que l'on craint qu'un tel système ne soit un jour utilisé pour restreindre les achats.

Dans un effort de la coopérative de crédit pour afficher son engagement envers «l'action climatique», Vancity proposera une carte de crédit qui lie les achats aux émissions de carbone, permettant aux clients de comparer leur empreinte carbone mensuelle à la moyenne nationale.

La banque conseillera également les clients sur la manière de limiter leur empreinte carbone.

« Nous savons que de nombreux membres de Vancity recherchent des moyens de réduire leur impact sur l'environnement, en particulier en ce qui concerne les émissions qui causent le changement climatique », a déclaré Jonathan Fowlie, directeur des relations extérieures de Vancity.

« En tant que coopérative financière appartenant à ses membres, nous croyons qu'il est de notre devoir de faire tout ce que nous pouvons pour aider, surtout en ce qui concerne les décisions que les gens prennent avec leur argent. Cet outil fournira aux titulaires de cartes de crédit Vancity Visa des informations précieuses sur leurs achats et leur permettra de relier leurs décisions de dépenses quotidiennes au changement qu'ils souhaitent voir dans le monde.

Selon une étude menée par Visa, plus de 50 % des Canadiens souhaitent surveiller leur empreinte carbone.

Comme nous l'avons souligné précédemment, en octobre, la Commonwealth Bank (CBA) d'Australie a également annoncé un programme similaire, donnant au client la possibilité de "payer des frais" pour compenser son empreinte carbone, la moyenne étant de 1 280 kilogrammes, loin de le chiffre « durable » de 200 kilogrammes.

Alliés aux blocages climatiques, les technocrates veulent exploiter l'hystérie suscitée par le changement climatique pour accroître le contrôle financier sur les individus.

Une telle proposition a été présentée dans la revue scientifique Nature par quatre "experts" de l'environnement comme moyen de réduire les émissions mondiales de carbone.

Tout le monde recevrait une "carte d'allocation de carbone" "qui impliquerait que tous les adultes reçoivent une allocation de carbone échangeable égale qui diminue avec le temps conformément aux objectifs nationaux [de carbone]".

Les auteurs précisent que le programme serait une « politique nationale obligatoire ».

Les unités de carbone seraient "déduites du budget personnel à chaque paiement de carburant de transport, de combustibles de chauffage domestique et de factures d'électricité", et quiconque dépasserait la limite serait obligé d'acheter des unités supplémentaires sur le marché personnel du carbone à ceux qui ont un excédent à vendre. .”

Cela n'aurait naturellement qu'un impact négatif sur les personnes les plus pauvres, les riches pouvant acheter des crédits carbone en abondance tout en continuant à profiter de leur mode de vie opulent, somptueux et peu respectueux de l'environnement.

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.

Code de sécurité
Rafraîchir