lundi 5 décembre 2022

Quand Isabelle Hachey du journal La Presse (de Montréal) veut faire la morale - Fake News

 

Isabelle Hachey c'est une grande journaliste, elle sait comment ça fonctionne, elle me fait un peu penser à François Bugingo mais d'une autre façon, elle aime dans ses articles plutôt suggérés, utiliser des phrases accusatrices, commentent, dénigrent et surtout inventes des faits.

Voici un exemple sur son article titré: Mise en scène au Vieux-Port , en fait je vais vous démontrer que La Presse cherche seulement à discréditer Rebel News, la raison est simple, Rebel News est 100x plus aimé et plus visible que La Presse.

La Presse doit payer le salaire des ses journalistes, comme elle n'est plus rentable sur aucun côté, La Presse liche le cul des gouvernements comme une chatte en chaleur aime bien se faire licher le cul, pour obtenir ses subventions et payer ses journalistes.

Si la famille Desmarais a décidé de se débarrasser de La Presse, ce n'est pas une question de non-rentabilité, c'était plutôt sortir du cadre des médias, de faire l'objet de mauvaise presse, de corruption, ce n'était pas bon pour les affaires. Mais il reste toute même qu'elle dirige toujours La Presse, bien sûr, personnes doit savoir.

Pour revenir à Rebel News, c'est un média très populaire et il fait de l'ombre au parti libéral de Justin Trudeau, en fait Rebel News est sur son dos depuis quelques années. À La Presse si tu fais de l'ombre au parti libéral qui la finance, elle fera tout pour se mériter une plus grosse subvention.

Posez-vous pas de question, si vous attendez dire que ça sent pas bon dans l'édifice situé 750 boul Saint-Laurent,  et que vous voyez sortir les journalistes avec le bout du nez brun!

Revenons avec l'article de Isabelle Hachey:

En fait on peut que constater qu'elle tente d'amener les gens dans son délire, que ça serait Rebel News qui aurait organisé la manifestation et fait de la casse. Quand tout le monde sait, bien sûr à part des idiots qui suivent les médias traditionnels, que c'est les terroristes antifas qui sont responsable de la casse dans le Centre-Ville de Montréal.

Isabelle Hachey « Tout ce qu’il faut, c’est que 10 % de la population se lève pour qu’un gouvernement s’effondre. Libérez votre ville, libérez votre province, libérez vos vies », a écrit le « journaliste » canadien Keean Bexte sur Twitter, dimanche soir. Son message était accompagné d’une vidéo du média d’extrême droite Rebel News montrant l’émeute du Vieux-Montréal.

Bon vous remarquerez que la journaliste vous dit que c'est un média de l'extrême droite, quand c'est un , oui, un média de droite, mais d'extrême c'est assez extrême venant de la bouche d'une journalistes qui invente des faits et glorifiant le massacre de 30 000 personnes de Tawarga, pour elle c'est justifier!

Beff continuons cette gauchiste de première ligne:

Isabelle Hachey «Oui, ce « journaliste » semble croire que c’est vraiment super, de fracasser les vitrines des commerces qui en arrachent depuis un an à Montréal. Une sorte de mal nécessaire. Le début d’un temps nouveau».

«En fait elle fait ici clairement allusion que ce journaliste aime la violence, qui en fait,  n'a aucune preuve de ce qu'elle avance». 

Isabelle Hachey : J’utilise les guillemets parce que Keean Bexte, qui a déjà travaillé pour une boutique en ligne offrant drapeaux de la Rhodésie et autres charmants symboles de suprémacie blanche, n’a rien d’un journaliste.

«Elle tente de vous convaincre, elle mélange tout! encore une fois, ce journaliste est de l'extrême droite en vous parlant de son ancien boulot lorsqu'il qu'il était aux études en journalisme. Elle ne vous nomme pas le nom de la boutique pour vous tienne dans l'ignorance, car vous pourrez savoir que cette boutique ne faisait pas que vendre des drapeaux». «De plus ce n'était même pas sa boutique».  De très mauvaise foi.

Isabellle Hachey : À moins que vous considériez comme du journalisme le fait de pourchasser Greta Thunberg dans son hôtel pour l’interroger sur sa « maladie mentale ». Elle vous démontre clairement ici sont côté de la gauche, mais aussi elle pose la question à ses lecteurs en utilisant Greta Thunberg, pour les interrogés sur le journaliste de Keean Bexte.

Isabelle Hachey : Keean Bexte a écrit sur Twitter que les vandales qui ont saccagé le Vieux-Montréal, dimanche, ont fort probablement été plantés par la « police fasciste de Montréal ». Pourquoi pas, il n'y à surement pas seulement lui qui pense comme ça!  quand on sait que Montréal est dirigé par une névrosé collé au parti libéral et aux antifas de Montréal.

En fait ce qui est bizarre, durant que les policiers s'occupaient des manifestants, à quelques centaines de mètres de là, une gang habillée en noir avec des T-shirts arborant le logo des terroristes antifas cassaient les vitrines des commerces sans être inquiété par la police.

Je suis moi-même très perplexe sur la collaboration des policiers, je n'irais pas jusqu'à dire qu'ils sont dans le coup, mais je pense que la mairesse et un parti politique serait responsable de la sortie de ces terroristes.   D'un autre côté qui à organisé cette manifestation au côté ou logaient les membres de Rebel News ?  Est-ce que cette manifestation à été monté de sorte à accusé Rebel News ?  Car on sait que les policiers ne les aiment pas

Sur cette photo on la voit en compagnie du groupe Black Lives Matter, qui si vous voulez mon avis, ce groupe est une extension ou le 2.0 des terroristes antifas.  Samedi, Rebel News présentait pourtant Keean Bexte comme un « reporter de Rebel basé à Calgary » dans un texte diffusé sur son site web.

Isabelle Hachey:  Le « journaliste » était d’ailleurs parmi les 17 employés de Rebel News — 17 ! — qui ont loué un bateau-hôtel dans le Vieux-Port de Montréal, en fin de semaine. Le directeur de Rebel News, Ezra Levant, était à bord du Skal Nuphar. Le « journaliste vedette » du groupe établi à Toronto, David Menzies, y était aussi.

Isabelle Hachey: Méchante grosse équipe pour couvrir une manif contre le couvre-feu à Montréal… Louche, vous dites ?

«Vous voyez, elle commente et se permet de faire un lien en disant que c'est louche 17 personnes de ce média, entre vous et moi, qui sait combien ça prend de journalistes pour couvrir un évènement ? et de plus Rebel News était à Montréal depuis longtemps, ça elle ne le mentionne pas! »

«Elle tente seulement de vous convaincre que Rebel News est à l'origine de la manifestation. N'oubliez donc pas une autre chose, La Presse est située juste au côté du Vieux Port-de-Montréal, peu-être que Rebel News dérangeait les journaleux subventionné avec l'argent des Québécois,, eh oui l'orgueil de voir Rebel News travailler, comme de vrais journalistes non subventionné ».

Isabelle Hachey : D’après ce qu’on me dit au SPVM, rien ne porte à croire que ces « journalistes » étaient derrière la manif organisée — étrange coïncidence — à deux pas de leur bateau.

«En temps normal elle aurait rapporté les paroles du SPVM comme crédibles, comme elle est très hargneuse dis à vis Rebel News elle ne laisse rien passé, elle se permet encore une fois de semer un doute dans l'esprit de ses lecteurs en spécifiant que c'est une — étrange coïncidence — à deux pas de leur bateau.

Mais avec leurs innombrables publications appelant à résister aux mesures sanitaires, ils ont certainement jeté de l’huile sur le feu, s’est emporté Guillaume Cloutier, directeur de cabinet adjoint de la mairesse Valérie Plante.

Isabelle Hachey : « Pendant toute la fin de semaine, les provocateurs de Rebel News et Ezra Levant ont fait de l’agitation avec le résultat qu’on connaît : casse et vandalisme, a-t-il écrit sur Twitter. Foutez le camp de notre ville. »

Rebel News n'a rien provoqué, au contraire, ils étaient là pour faire du journalisme, qui soit d'accord ou non avec les mesures sanitaire, ça regarde pas les médias comme La Presse, si on regarde du côté de Maxime Bernier du PPC, il n'est pas d'accord et personne en parle, en fait je vous explique:

«La Presse veut bien publier ce qui ne fait pas trop de bruit pour ne pas réveiller les plus endormis et La Presse ne veut surtout pas donner de la visibilité à Maxime Bernier qui fait beaucoup d'ombre à Justin Trudeau, car on sait que le mandat de La Presse de cacher l'ensemble de la corruption chez les libéraux».

Isabelle Hachey : L’équipe de Rebel News affirme être venue à Montréal pour soutenir ses « journalistes » montréalais, qui seraient « harcelés » depuis des semaines par des agents du SPVM. 

«Elle tente de vous amener à croire que Rebel News joue à la victime, oui, Rebel News est harcelé par la police, car qui contrôle la police, plusieurs vidéos qui ont été tournés démontre que c'est les cas, les membres sont harcelés par les autorités policières».

«Isabelle Hachey ne vous montera pas ces vidéos ou les policiers traitent les membre de Rebel News de Polonais, de juifs, c'est carrément du racisme à l'endroit de Rebel News».


Isabelle Hachey : Samedi, ces « journalistes » ont fait voler un drone au-dessus d’un groupe de policiers qui patrouillaient au quai de l’Horloge. Ils les ont carrément attirés vers leur bateau, m’a-t-on confirmé au SPVM. S’il y a eu une mise en scène, c’est bien celle-là.

«Ben voyons!, c'est carrément du délire une mise en scène, bon maintenant elle est devenue complotiste, voir si le SPVM ne savait pas que Rebel News média était là, il y avait des policiers et le drone est passé pour un reportage prendre une vidéo, photos des gens dans Le Vieux-Port, c'est de la pure invention de mauvaise journaliste, c'est tellement facile de dire n'importe quoi».

Ou même peu-être qu'il n'y a pas eu de drone et les policiers ont vus les membres se promener avec leurs vestes de PRESS

Isabelle Hachey : Quand les policiers se sont approchés du Skal Nuphar, ils ont bien vu que les occupants — qui portaient de subtils dossards avec l’inscription « PRESS » en grosses lettres blanches — contrevenaient aux mesures sanitaires.

Subtils : Qui est difficile à comprendre, à saisir, du fait de son caractère ténu, délicat.

Isabelle Hachey : Ces drôles de journalistes étaient agressifs. Ils posaient des questions aux policiers avec une insistance hors du commun. Ils les invectivaient. « Voyous. » « Menteurs. » « Perdants. »

Ce que Isabelle Hachey ne vous dit pas, les journalistes de Rebel News avaient reçu un interdiction de ne pas regagner leurs chambre à l'hotel, sous prétexte que c'était une scène de crime, sans aucune raison qui tenaient debout et surtout sans aucun mandat, ils cherchaient des réponse, mais toutes les réponses restaient évasive.

Isabelle Hachey : Bref, ils faisaient tout pour les provoquer.  «Un commentaire bien personnelle de cette journaliste».

Isabelle Hachey : Et ils se tenaient prêts à filmer.  «Effectivement Isabelle c'était des journaliste!»

Isabelle Hachey : Les policiers sont restés calmes. Les évènements, une fois passés au filtre de Rebel News, tentent pourtant d’affirmer le contraire. Les soi-disant reportages prétendent montrer l’arrestation « brutale » de David Menzies, « pris en otage » par des policiers « corrompus ».

Isabelle Hachey : C’est cousu de fil blanc.

Isabelle Hachey : C’est tellement gros que c’en est risible.

«Encore une fois Isabelle Hachey ne vous dit pas que tous ce brouhaha le harcèlement des policiers de Montréal n'a absolument rien donné, même si David Menzie a été arrêté, tous ont été libéré sous faute d'obtenir un mandat qu'aucun juges à qui le SPVM à demandé à voulu signé, on peut très comprendre que le SPVM n'avait rien contre Rebel News».

«Isabelle Hachey vous cache toute l'histoire!»

Isabelle Hachey : Pourquoi Rebel News fait-il ça ? Par idéologie, sans doute. Mais pour autre chose, aussi. « J’ai besoin de votre aide. Nous devons défendre David. Et nous devons poursuivre la police. Assez, c’est assez », écrit Ezra Levant. Il sollicite des dons sur son site web.

« Si vous pouvez m’aider, s’il vous plaît, faites-le. Ça coûtera cher de poursuivre la deuxième plus grande force policière du Canada. »

Tellement, tellement gros, le fil.


«Voilà la cerise sur le gâteau, elle tente de vous faire croire que c'est parce que Rebel News a besoin de dons, ça serait pour cette raison que ce média existe, que tout ce qui est arrivé, c'était surement un coup monté pour obtenir des dons».

La complotiste en chef du journal La Presse de Montréal.

«Mais qu'elle jalouse, elle sait que Rebel News est très populaire et oui il sollicite des dons et ne reçoit aucune subvention des gouvernements, ce n'est pas comme La Presse, en plus d'obtenir des millions en subvention, elle sollicite aussi des dons, mais il faut comprendre et je lui donne raison que les médias Fake News qui payent les journaliste pour mentir,  coutent beaucoup plus cher qu'un média qui dit la vérité, parce que sans subvention La Presse n'existerait plus».

En fait Isabelle c'est du tellement n'importe quoi ton article, c'est un ramassis de conneries, je vais dire comme toi, c'est cousu de fil blanc, c'est tellement gros que c'en est risible.

ÇA COUTE BEAUCOUP PLUS CHER POUR FAIRE FERMER LA GUEULE AUX JOURNALISTES QUI NE FONT PAS DU JOURNALISME, VOILÀ DONNER À LA PRESSE.

 

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.

Code de sécurité
Rafraîchir