Radio-Canada - CBC une source de désinformation - Trump perd l’appui des militaires

Encore une fois! un travail fantastique de Radio-Canada, quand ce diffuseur à la chance de discrédité Trump, il ne se gêne pas, en fait pour ce diffuseur on pourrait croire qu'une équipe été formé pour dénigrer Donald Trump 24/24.

J'aime utiliser ce mot "pathétique" parce que ce mot semble être celui qui se rapproche le plus à ceux qui travaillent dans cette boite à propagande et ils me font pitié. Tellement que j'ai peine à croire que ces journalistes puissent se sentir heureux un seul instant avec tous leurs mensonges et mauvaise foi.

La correspondante de Fox News à la sécurité nationale, Jennifer Griffin, a rapporté vendredi que 2 anciens hauts responsables américains anonymes avaient confirmé des parties clés de cette histoire sur Trump, mais n'ont pas pu confirmer la partie «la plus salace».

Il n’y a rien de plus faux, ce n’est des ragots avec aucune source, les décrypteurs de fake news devrait faire un article, faux! Donald Trump aime les militaires et les appuis

. 100x plus pathétique, ce diffuseur de fake news utilise un article de theatlantic.com , un journal qui aurait été fondé en 1856. donne à un site internet qui est surtout connu pour être de l'extrême-gauche. Voilà sur quoi Radio-Canada a pris sa superbe source, un site qui dénigre sans arrêt Donald Trumps, tout comme, TVA Nouvelles, La Presse, La Presse Canadienne, Le Devoir, etc.


Le premier paragraphe de l'article : Au début de l'article, on dit que président a dénigré à plusieurs reprises les renseignements des militaires et a demandé que les anciens combattants blessés soient tenus à l'écart des défilés militaires, ont déclaré de multiples sources à The Atlantic. Selon Atlantic , ont déclaré de multiples sources. Atlantic ne nomme aucune source!

Deuxième paragraphe :Lorsque le président Donald Trump a annulé une visite au cimetière américain de l'Aisne-Marne près de Paris en 2018, il a blâmé la pluie pour la décision de dernière minute, affirmant que «l'hélicoptère ne pouvait pas voler» et que les services secrets ne l'y conduiraient pas. Aucune de ces affirmations n'était vraie. Rien dans ce paragraphe n’est encore une fois vérifiable.


Troisième paragraphe : Trump a rejeté l'idée de la visite parce qu'il craignait que ses cheveux ne se décoiffent sous la pluie et parce qu'il ne croyait pas qu'il était important d'honorer les Américains morts à la guerre, selon quatre personnes ayant une connaissance de première main de la discussion ce jour-là. Lors d'une conversation avec des membres du personnel séniore le matin de la visite prévue, Trump a déclaré: «Pourquoi devrais-je aller dans ce cimetière? Il est rempli de perdants. " Dans une conversation séparée lors du même voyage, Trump a qualifié les plus de 1 800 marines qui ont perdu la vie à Belleau Wood de «suceurs» pour avoir été tué.

En fait, on peut fort bien constaté, dans les trois premiers paragraphes, aucune source et ce qu'on remarque l'auteur ne cherche qu'une chose, nous convaincre par ses mensonges inventés de toute pièce. C'est un article tout simplement haineux écrit par un média, un journaliste qui déteste tout de Donald Trump. Atlantic est conçu par des gens qui haïssent Trump.

Cet article a été écrit par Jeffrey Goldberg rédacteur en chef du magazine The Atlantic.

Avant de lire l'article de Theatlantic, voici une petite vidéo qui démontre que Donald Trump aime ses militaires :


Trump: les Américains morts à la guerre sont des «perdants» et des «suceurs»

Le président a dénigré à plusieurs reprises les renseignements des militaires et a demandé que les anciens combattants blessés soient tenus à l'écart des défilés militaires, ont déclaré de multiples sources à The Atlantic.

Lorsque le président Donald Trump a annulé une visite au cimetière américain de l'Aisne-Marne près de Paris en 2018, il a blâmé la pluie pour la décision de dernière minute, affirmant que «l'hélicoptère ne pouvait pas voler» et que les services secrets ne l'y conduiraient pas. . Aucune de ces affirmations n'était vraie.

Trump a rejeté l'idée de la visite parce qu'il craignait que ses cheveux ne se décoiffent sous la pluie et parce qu'il ne croyait pas qu'il était important d'honorer les Américains morts à la guerre, selon quatre personnes ayant une connaissance de première main de la discussion ce jour-là. Lors d'une conversation avec des membres du personnel senior le matin de la visite prévue, Trump a déclaré: «Pourquoi devrais-je aller dans ce cimetière? Il est rempli de perdants. " Dans une conversation séparée lors du même voyage, Trump a qualifié les plus de 1 800 marines qui ont perdu la vie à Belleau Wood de «suceurs» pour avoir été tués.

Belleau Wood est une bataille importante dans l'histoire américaine, et le terrain sur lequel il a été combattu est vénéré par le Corps des Marines. L'Amérique et ses alliés ont arrêté l'avancée allemande vers Paris là-bas au printemps 1918. Mais Trump, lors de ce même voyage, a demandé à ses collaborateurs: «Qui étaient les gentils dans cette guerre? Il a également déclaré qu’il ne comprenait pas pourquoi les États-Unis interviendraient aux côtés des Alliés.

La compréhension de Trump de concepts tels que le patriotisme, le service et le sacrifice m'intéresse depuis qu'il a exprimé son mépris pour le bilan de guerre du regretté sénateur John McCain, qui a passé plus de cinq ans en tant que prisonnier des Nord-Vietnamiens. "Ce n'est pas un héros de guerre", a déclaré Trump en 2015 alors qu'il se présentait pour la nomination républicaine à la présidence. "J'aime les gens qui n'ont pas été capturés."

Il n'y avait pas de précédent dans la politique américaine pour l'expression de ce genre de mépris, mais le patriotique performatif Trump n'a pas nui à sa candidature en attaquant McCain de cette manière. Il n'a pas non plus retardé sa campagne en attaquant les parents de Humayun Khan, un capitaine de l'armée qui a été tué en Irak en 2004.

Trump est resté obsédé par McCain, l'un des rares républicains de premier plan à continuer de le critiquer après avoir remporté la nomination. À la mort de McCain, en août 2018, Trump a déclaré à ses cadres supérieurs, selon trois sources ayant une connaissance directe de cet événement: «Nous n'allons pas soutenir les funérailles de ce perdant», et il est devenu furieux, selon des témoins, quand il a vu drapeaux abaissés à mi-portée. «Putain, pourquoi faisons-nous ça? Guy était un putain de perdant », a déclaré le président à ses collaborateurs. Trump n’a pas été invité aux funérailles de McCain. (Ces sources, et d'autres citées dans cet article, ont parlé sous couvert d'anonymat. La Maison Blanche n'a pas renvoyé les appels à commentaires précédents, mais Alyssa Farah, une porte-parole de la Maison Blanche, m'a envoyé cette déclaration peu de temps après la publication de cet article: Le rapport est faux. Le président Trump tient les militaires en très haute estime. Il a démontré son engagement à leur égard à chaque instant: tenir sa promesse de donner à nos troupes une augmentation de salaire bien nécessaire, augmenter les dépenses militaires, signer des réformes critiques des anciens combattants et soutenir l'armée conjoints. Cela n’a aucune base factuelle. »)

La compréhension de Trump de l'héroïsme n'a pas évolué depuis qu'il est devenu président. Selon des sources connaissant le point de vue du président, il ne semble vraiment pas comprendre pourquoi les Américains traitent les anciens prisonniers de guerre avec respect. Il ne comprend pas non plus pourquoi les pilotes abattus au combat sont honorés par les militaires. À au moins deux reprises depuis qu'il est devenu président, selon trois sources ayant une connaissance directe de ses opinions, Trump a qualifié l'ancien président George H. W. Bush de «perdant» pour avoir été abattu par les Japonais en tant que pilote de la Marine pendant la Seconde Guerre mondiale. (Bush a échappé à la capture, mais huit autres hommes abattus au cours de la même mission ont été arrêtés, torturés et exécutés par des soldats japonais.)

Lorsqu'il s'en prend aux critiques, Trump cherche souvent des insultes illogiques et corrosives, et les membres de la famille Bush se sont publiquement opposés à lui. Mais son cynisme pour le service et l'héroïsme s'étend même aux morts de la Première Guerre mondiale enterrés en dehors de Paris - des gens qui ont été tués plus d'un quart de siècle avant sa naissance. Trump trouve la notion de service militaire difficile à comprendre et l'idée de se porter volontaire pour servir particulièrement incompréhensible. (Le président n'a pas servi dans l'armée; il a reçu un sursis médical du projet pendant la guerre du Vietnam en raison de la présence présumée d'éperons osseux dans ses pieds. Dans les années 1990, Trump a déclaré que ses efforts pour éviter de contracter des maladies sexuellement transmissibles constituaient son «Vietnam personnel»)

Amy J. Rutenberg: Ce que révèlent les projets d'ajournements de Trump

Le Memorial Day 2017, Trump a visité le cimetière national d'Arlington, à quelques minutes de route de la Maison Blanche. Il était accompagné lors de cette visite de John Kelly, qui était alors secrétaire à la sécurité intérieure et qui serait, peu de temps après, nommé chef de cabinet de la Maison Blanche. Les deux hommes devaient visiter la section 60, la zone de 14 acres du cimetière qui est le lieu de sépulture des personnes tuées lors des dernières guerres américaines. Le fils de Kelly, Robert, est enterré dans la section 60. Premier lieutenant du Corps des Marines, Robert Kelly a été tué en 2010 en Afghanistan. Il avait 29 ans. Trump était censé, lors de cette visite, rejoindre John Kelly pour rendre hommage à la tombe de son fils et réconforter les familles des autres militaires décédés. Mais selon des sources au courant de cette visite, Trump, alors qu'il se tenait près de la tombe de Robert Kelly, s'est tourné directement vers son père et a dit: «Je ne comprends pas. Qu'y avait-il pour eux? Kelly (qui a refusé de commenter cette histoire) a d'abord cru, des personnes proches de lui ont dit, que Trump faisait une référence maladroite à l'altruisme de la force américaine entièrement bénévole. Mais plus tard, il a réalisé que Trump ne comprenait tout simplement pas les choix de vie non transactionnels.

«Il ne peut pas comprendre l’idée de faire quelque chose pour quelqu'un d’autre que lui», me dit l’un des amis de Kelly, un général quatre étoiles à la retraite. «Il pense simplement que quiconque fait quoi que ce soit alors qu’il n’ya pas de gain personnel direct à obtenir est une ventouse. Il n’ya pas d’argent pour servir la nation. » L'ami de Kelly a poursuivi en disant: «Trump ne peut imaginer la douleur de quelqu'un d'autre. C’est pourquoi il dirait cela au père d’un marin décédé le jour du Souvenir dans le cimetière où il est enterré. »

Au cours de l’année écoulée, j’ai demandé à de nombreux officiers généraux leur analyse du mépris apparent de Trump pour le service militaire. Ils offrent un certain nombre d'explications. Une partie de son cynisme est enracinée dans la frustration, disent-ils. Trump, contrairement aux précédents présidents, a tendance à croire que l'armée, comme les autres départements du gouvernement fédéral, n'est redevable qu'à lui, et non à la Constitution. De nombreux officiers supérieurs ont exprimé leur inquiétude quant à la compréhension de Trump des règles régissant l'utilisation des forces armées. Ce problème est arrivé à un point critique début juin, lors de manifestations à Washington, D.C., en réponse aux meurtres de Noirs par la police. James Mattis, le général de la Marine à la retraite et ancien secrétaire à la Défense, a fustigé Trump à l'époque pour avoir ordonné aux forces de l'ordre de chasser de force les manifestants de Lafayette Square et pour avoir utilisé des soldats comme accessoires: «Quand j'ai rejoint l'armée, il y a 50 ans. , J'ai juré de soutenir et de défendre la Constitution », a écrit Mattis. «Je n'ai jamais rêvé que les troupes qui prêteraient le même serment se verraient ordonner en toute circonstance de violer les droits constitutionnels de leurs concitoyens - encore moins de fournir une étrange séance de photos au commandant en chef élu, avec les dirigeants militaires à leurs côtés. "

Une autre explication est plus quotidienne et correspond à une compréhension plus large de la vision du monde de Trump axée sur le matériel. Le président estime que rien ne vaut la peine de se passer de la promesse d'un remboursement monétaire, et que les personnes talentueuses qui ne recherchent pas la richesse sont des «perdants». (Selon des témoins oculaires, après un briefing de la Maison Blanche donné par le président de l'époque des chefs d'état-major interarmées, le général Joe Dunford, Trump s'est tourné vers des assistants et a dit: "Ce type est intelligent. Pourquoi est-il entré dans l'armée?")

Une autre explication, connexe, concerne ce qui semble être la peur pathologique de Trump de ressembler lui-même à un «ventouse». Sa vaste définition de ventouse inclut ceux qui perdent la vie au service de leur pays, ainsi que ceux qui sont faits prisonniers ou qui sont blessés au combat. «Il a beaucoup de peur», a déclaré un officier connaissant de première main les opinions de Trump. "Il ne voit pas l'héroïsme dans les combats." Plusieurs observateurs m'ont dit que Trump était profondément anxieux de mourir ou d'être défiguré, et cette inquiétude se manifeste par un dégoût pour ceux qui ont souffert. Trump a récemment affirmé qu'il avait reçu les corps des militaires tués «de nombreuses» fois, mais en fait, il s'était rendu à la base aérienne de Douvres, le point de transfert des restes des militaires tombés au combat, quatre fois seulement depuis qu'il est devenu président. Dans un autre incident, Trump a faussement affirmé qu'il avait appelé «pratiquement toutes» les familles des militaires décédés pendant son mandat, puis avait commencé à envoyer des lettres de condoléances lorsque les familles avaient déclaré que le président ne disait pas la vérité.

Trump a été, pendant toute la durée de sa présidence, fixé sur l'organisation de défilés militaires, mais seulement d'un certain type. Lors d'une réunion de planification de la Maison Blanche en 2018 pour un tel événement, Trump a demandé à son personnel de ne pas inclure les anciens combattants blessés, au motif que les spectateurs se sentiraient mal à l'aise en présence d'amputés. «Personne ne veut voir ça», dit-il.

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.


Code de sécurité
Rafraîchir

Médias Fake News

Novavax 88 millions de doses, La Presse informe que partiellement

Quand La Presse n'a pas d'arguments à apporter sur le « grand remplacement »

Quand La Presse n'a pas d'arguments à apporter sur le « grand remplacement »

Incitation à la violence - Le Journal de Montréal et TVA Nouvelles

Incitation à la violence - Le Journal de Montréal et TVA Nouvelles

Emmanuelle Latraverse suspend son compte parce que Facebook ne censure pas le Président Trump..

La Presse - OBNL fait les éloges d'un violeur abattu par des policiers

La Presse - OBNL fait les éloges d'un violeur abattu par des policiers

Radio-Canada - CBC une source de désinformation - Trump perd l’appui des militaires

Radio-Canada - CBC une source de désinformation - Trump perd l’appui des militaires

Un jeune homme devenu agressif en écoutant TVA Nouvelles ? - COVID-19

Un jeune homme devenu agressif en écoutant TVA Nouvelles ? - COVID-19

Article supprimé par Radio-Canada (L’achat de vaccins contre la COVID-19 embrouillé par des conflits d’intérêts)

Article supprimé par Radio-Canada (L’achat de vaccins contre la COVID-19 embrouillé par des conflits d’intérêts)

Encore une fois les médias traditionnels se trompent - TVA - Radio-Canada - La Presse - Le Devoir - Le Soleil

Encore une fois les médias traditionnels se trompent - TVA - Radio-Canada - La Presse - Le Devoir - Le Soleil

Les médias Fake News ne vous parlent pas de la défaite de Soros

Les médias Fake News ne vous parlent pas de la défaite de Soros

Qui n'aurait pas tomber dans le panneau ? - Kariane Bourassa TVA Nouvelles

Qui n'aurait pas tomber dans le panneau ? - Kariane Bourassa TVA Nouvelles

Au royaume de Big Médias,  le journalisme est mort!

Au royaume de Big Médias, le journalisme est mort!

Quand les médias tentent de faire changer l'opinion publique

Quand les médias tentent de faire changer l'opinion publique

La Presse demande l'aide au gouvernement du Québec, faites-moi rire!

La Presse demande l'aide au gouvernement du Québec, faites-moi rire!

Élisabeth Massicolli journaliste pour le magazine Clin D'oeil déferle sa haine sur Facebook

Élisabeth Massicolli journaliste pour le magazine Clin D'oeil déferle sa haine sur Facebook

À propos

Les Manchettes c'est un média alternatif qui respecte et encourage la liberté d’expression.

Il apporte de l'information vérifiée et sans le filtre des médias traditionnels, donne la parole sans exclusivité à tous celles ou ceux qui veulent faire la différence en utilisant leurs plumes.