De même, l’intimé, à trois reprises entre les mois de février et de mai 2018, aurait négligé de se présenter ou de se faire représenter alors que sa présence était requise pour faire valoir les droits de ses clients dans un dossier de la Cour du Québec (Chambre de la jeunesse).