L'économie iranienne s'effondre alors que le gouvernement Trump durcit les sanctions

L’Iran est en profonde récession, avec une inflation avoisinant les 40%, a déclaré l’organisation, ce qui en fait le niveau le plus élevé depuis 1980.

La crise intensifie le fossé entre les alliés du président Hassan Rouhani et ceux qui s’opposent aux échanges diplomatiques avec le gouvernement américain, a noté le Financial Times.

Et les problèmes de l’Iran ne devraient s’aggraver que lorsque les sanctions promises par le président Trump contre les principaux acheteurs de pétrole de la République islamique entreront en vigueur. Ils comprennent le Japon, la Corée du Sud, la Turquie, l'Inde et la Chine.

L’administration avait accordé des dérogations aux sanctions pétrolières lorsqu’elle avait ré-imposé des sanctions à l’Iran après que Trump eut retiré les États-Unis de l’accord historique de 2015 sur le nucléaire.

LES AVOCATS IRANIENS CONVÈENT AVEC LES CHANTS DE «LA MORT EN AMÉRIQUE»

L’Iran a accusé les États-Unis de revenir sur l’accord nucléaire signé par l’administration Obama et de provoquer des troubles économiques en Iran.

LE MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DE L'IRAN ACCUSE LES FONCTIONNAIRES DE LA TRUMP À L'ALLIANCE DES ALLIÉS DE «SES TRAVAUX» DANS UN CONFLIT AVEC L'IRAN

L’administration Trump cherche à accroître la pression sur l’Iran en étranglant les revenus tirés des exportations de pétrole.

Les dérogations aux sanctions pétrolières ont été accordées en partie pour donner aux pays qui leur avaient été accordés plus de temps pour trouver des sources d'énergie alternatives, mais également pour éviter un choc sur les marchés mondiaux du pétrole du retrait soudain du brut iranien.

Le gouvernement iranien réagit avec défi.

L'ennemi veut nous entraîner à la table des négociations en raison de pressions économiques, a déclaré lundi le général Qasem Soleimani, commandant de la branche d'outre-mer des Gardiens de la révolution, du groupe des extrémistes radicales. Toute négociation dans les circonstances actuelles sera une simple capitulation et nous ne subirons certainement pas cette humiliation.

Le FMI a noté que les sanctions américaines - ainsi qu'une économie saoudienne plus morose et les conflits en Iraq, en Syrie et au Yémen - avaient nui à la croissance de la région.

Les problèmes de Rouhani ne sont nullement provoqués par les forces internationales. Les Iraniens se sont plaints du fait qu'il leur est plus difficile de trouver un emploi et que le coût de la vie a augmenté.

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.


Code de sécurité
Rafraîchir