Comment l'État islamique forme-t-il des assassins d'enfants à la doctrine de la haine?

 

Une nouvelle génération de recrues Isis est en cours de développement dans le «califat» de l'État islamique, endoctriné avec des concepts religieux dès la naissance et considéré par ses combattants comme meilleur et plus pur qu'eux-mêmes, selon la première étude sur l'exploitation et les abus des enfants. moyens de sécuriser l'avenir du groupe.


Les chercheurs de Quilliam, groupe de réflexion londonien sur la lutte contre l’extrémisme, ont enquêté sur la façon dont Isis recrute, endoctrine et forme les enfants au jihad. Près de 50 enfants du Royaume-Uni grandissent dans un territoire contrôlé par l'État islamique, avec environ 30 000 recrues étrangères, dont plus de 800 Britanniques, qui seraient partis en Syrie pour se battre.

Le rapport, Enfants d'un Etat islamique, a été approuvé par l'ONU et sera publié mercredi au Parlement. Il a été compilé grâce à une étude de propagande publiée par Isis mettant en vedette des enfants et assurant la liaison avec des sources fiables du califat. Le portrait peint est celui d'un groupe terroriste désireux de recruter des enfants pour aider à préserver son avenir. Beaucoup sont formés comme espions, prédicateurs, soldats, "bourreaux" et kamikazes.

Les auteurs déclarent: «L’organisation […] concentre une grande partie de ses efforts sur l’endoctrinement des enfants par le biais d’un programme d’éducation fondé sur l’extrémisme et sur leur promotion pour qu’ils deviennent de futurs terroristes. La génération de combattants actuelle considère ces enfants comme des combattants meilleurs et plus meurtriers qu’eux-mêmes, car au lieu d’être convertis en idéologies radicales, ils ont été endoctrinés dans ces valeurs extrêmes dès leur naissance ou à un très jeune âge. "

N'ayant pas été corrompus en vivant selon des valeurs laïques, ils sont considérés comme plus purs que les combattants adultes. «Ces enfants sont sauvés de la corruption», indique l'étude, «ce qui les rend plus forts que les moudjahidines [combattants] actuels, car ils ont une compréhension supérieure de l'islam de la part des jeunes et des programmes scolaires et sont de meilleurs combattants et plus brutaux à mesure qu'ils sont formés. violence dès le plus jeune âge ».

Les recrues étrangères représentent un renforcement potentiellement important de la cohorte du groupe d’environ 80 000 militants, dont 50 000 en Syrie et 30 000 en Iraq. On estime à 6 millions le nombre d'hommes, de femmes et d'enfants vivant dans son soi-disant califat Isis.

«L’objectif est de préparer une deuxième génération de moudjahidines plus forte, conditionnée et enseignée comme une future ressource pour le groupe», ajoute le rapport. «Ce qui est le plus préoccupant, c’est que l’État islamique prépare son armée en endoctrinant de jeunes enfants dans ses écoles et en les normalisant à la violence en assistant à des exécutions publiques, en regardant des vidéos de l’État islamique dans des centres de presse et en donnant aux enfants de petites armes pour jouer.

Selon le rapport, l'accent mis sur la jeunesse présente des similitudes avec le recrutement forcé d'enfants soldats au Libéria dans les années 1990, lorsque Charles Taylor a pris le pouvoir en 1997 avec une armée rebelle remplie d'enfants.

Les auteurs concluent qu'Isis semble également avoir étudié le régime nazi, qui a créé la jeunesse hitlérienne pour endoctriner les enfants. L'ONU a reçu des informations crédibles mais non vérifiées sur une branche de la jeunesse d'Isis, Fityan al-Islam, qui signifie «les garçons de l'islam».

Les auteurs soulignent également le précédent du régime baathiste en Irak, qui a créé à la fin des années 1970 le mouvement Futuwah (Youth Vanguard) regroupant les plus importantes unités irakiennes d'enfants soldats, Ashbal Saddam, ou les Lion Cubs de Saddam, composés de garçons 10 à 15.

Des chercheurs de Quilliam ont découvert que les enfants étaient largement utilisés dans la propagande d'Isis - entre le 1er août de l'année dernière et le 9 février de cette année, ils ont identifié un total de 254 événements ou déclarations contenant des images d'enfants - pour aider à projeter une impression de renforcement de l'État.

Isis utilise également des enfants pour tenter de normaliser la brutalité, le groupe encourageant les enfants à lever la tête décapitée ou à jouer au football avec eux. Au cours des six derniers mois, la propagande de l'État islamique a dépeint 12 assassins d'enfants. Une vidéo macabre récente a montré un garçon britannique âgé de quatre ans apparemment en train de faire exploser une voiture piégée, tuant quatre supposés espions bloqués dans le véhicule.

Selon le rapport, le recrutement d'enfants à Isis implique souvent la contrainte, l'enlèvement étant une méthode privilégiée. La Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq a estimé qu'Isis avait enlevé entre 800 et 900 enfants âgés de 9 à 15 ans. Entre août 2014 et juin 2015, des centaines de garçons, y compris des Yazidis et des Turkmènes, ont été enlevés de force à leurs familles à Ninive aux centres de formation, où des garçons de huit ans à peine ont appris le Coran, l’utilisation des armes et la tactique de combat.

L'organisation utilise également la peur comme outil de recrutement. Les médias du califat publient des déclarations mettant en garde que les enfants qui refusent de se conformer aux ordres d'Isis seront flagellés, torturés ou violés.

Isis n'a pas tardé à prendre le contrôle du système éducatif en Syrie et en Irak, l'endoctrinement commençant dans les écoles et s'intensifiant dans les camps d'entraînement. Dans les camps, les enfants âgés de 10 à 15 ans sont initiés à la charia, insensibles à la violence et acquièrent les compétences spécifiques nécessaires pour servir l'État et se lancer dans le djihad.

Les garçons apprennent un programme d’état islamique rigide, dans lequel le dessin, la philosophie et les études sociales - décrites comme la «méthodologie de l’athéisme» - ont été supprimées.

Les enfants mémorisent des versets du Coran et assistent à l’entraînement djihadiste, qui comprend le tir, l’armement et les arts martiaux. Les filles, connues sous le nom de «perles du califat», sont voilées, cachées, confinées à la maison et ont appris à prendre soin des hommes.

Les auteurs du rapport recommandent la création d’une commission chargée de protéger les générations futures de la violence radicale et de contribuer à la surveillance et à la réinsertion des enfants à risque au sein de l’UE.

Selon un porte-parole de l'Initiative des enfants soldats Roméo Dallaire, qui a co-écrit le rapport, la vie sous Isis est «l'une des situations les plus graves pour les enfants sur Terre. Nous espérons que ce rapport fournira une perspective critique sur le sort de ces enfants, ce qui créera ensuite des réflexions essentielles pour les décideurs, les agences de protection de l'enfance, les gouvernements, les organisations multilatérales et ceux concernés par la résolution des conflits en Irak et en Syrie.

Ajouter un Commentaire

Attention, si vous voulez laisser un message personnel à LesManchettes.com vous devez, soit le faire par la page Accueil / "nous joindre" ou laisser votre adresse de courriel dans le champ du formulaire commentaire (Adresse email) pour une réponse.


Code de sécurité
Rafraîchir