Le Canada a un programme secret qui accorde des visas aux criminels de guerre, aux terroristes et aux menaces à la sécurité

Trois mois avant de monter à bord d'un avion au Caire et six mois avant de faire une demande de statut de réfugié à Toronto, les responsables de la sécurité canadienne étaient réputés brigadier-général à la retraite.

Khaled Saber Abdelhamed Zahw «interdit de territoire» au Canada en raison de problèmes de sécurité nationale.

Zahw était un membre «de haut rang» de l'armée égyptienne lorsqu'il a orchestré un coup d'État du gouvernement du président Mohamed Morsi en 2013, selon l'Agence des services frontaliers du Canada (CBSA).

Une décision d'interdiction de territoire empêcherait la plupart des gens de quitter le Canada, mais cela n'a pas empêché Zahw et son épouse d'obtenir des visas de visiteur valides de l'ambassade du Canada en Égypte en avril 2015.

En effet, selon des documents internes du gouvernement obtenus par Global News, le Canada a un programme secret qui permet à certains ressortissants étrangers «de haut niveau» qui seraient autrement interdits d'entrer au pays en raison de problèmes de sécurité nationale, de crimes de guerre, de violations des droits de la personne et le crime organisé se verra octroyer des visas spéciaux «d'ordre public» tant qu'il est dans «l'intérêt national» du Canada.

Mais ce que signifie exactement «intérêt national» par rapport à cette politique et comment le gouvernement décide qui obtient ce type de visa n'est pas clair.

C'est parce qu'il n'y a presque aucune information disponible sur le programme, et le gouvernement refuse de répondre aux questions.

Les détails du dossier d'immigration de Zahw, y compris les documents internes du gouvernement détaillant la politique de visa secrète, ont été soumis à la Cour fédérale lorsque Zahw a contesté les efforts du gouvernement pour l'empêcher de faire une demande d'asile.


Zahw parrainé par la Défense nationale

Dans le cas de Zahw, les visas de visiteur ont été délivrés après qu'un haut fonctionnaire du ministère de la Défense nationale (DND) à Ottawa a écrit une lettre à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) disant que Zahw et son épouse devraient recevoir des visas pour éviter de perturber la relation avec le Canada. avec les militaires égyptiens.

Ce type de «lettre d’intérêt national» peut être émis par n’importe quel ministère fédéral ou chef de mission canadienne à l’étranger, comme un ambassadeur ou un haut-commissaire, selon un «bulletin opérationnel» gouvernemental non publié contenu dans le dossier de la Cour fédérale de Zahw.

Ces lettres, indique le bulletin, sont valides pour une période pouvant aller jusqu'à 24 mois, sont valables pour plusieurs voyages au Canada - y compris les voyages personnels et officiels - et sont émises lorsque l'ASFC a terminé un contrôle de sécurité et déterminé que le «risque / danger» pour Le Canada est faible.

«Il est dans notre intérêt de maintenir des relations constructives avec les membres des forces armées égyptiennes, car ces relations permettent l'exécution des opérations des Forces armées canadiennes dans la région, notamment l'opération CALUMET», a lu une lettre envoyée par le sous-ministre adjoint des politiques du MDN, Gordon Venner, avant à Zahw étant donné un visa.
"C'est pour cette raison que nous demanderions que [Zahw] et son épouse obtiennent les visas appropriés", a écrit Venner.

Le gouvernement, quant à lui, ne fournira aucun détail sur la politique des visas ou les critères qu'il utilise pour décider à qui ce type d'exemption spéciale sera accordé.

Un examen des rapports annuels soumis au Parlement par IRCC - qui contiennent peu de détails sur la politique - montre que 3000 de ces visas ont été délivrés entre 2010 et 2017.

Le gouvernement ne dirait pas combien de ces visas ont été délivrés pour chaque catégorie d'interdiction de territoire, ni de quel pays venaient les destinataires.

«Les renseignements demandés dans cette demande des médias sont exemptés en vertu de l'article 15 de la Loi sur l'accès à l'information, car ils pourraient nuire aux relations avec nos partenaires internationaux», a déclaré le porte-parole d'IRCC, Rémi Larivière, dans un communiqué écrit.

Le seul autre détail que le gouvernement fournirait au sujet de la politique est qu’elle a été créée pour «faire avancer les intérêts nationaux du Canada tout en continuant à assurer la sécurité des Canadiens» et que les bénéficiaires de ces visas spéciaux peuvent travailler, étudier et voyager au Canada.
Zahw n'est probablement pas au courant de l'exemption

En janvier 2015, le même mois où il aurait pris sa retraite de l'armée égyptienne, Zahw et son épouse ont demandé l'autorisation de voyager au Canada.

Les dossiers d’immigration indiquent que leur demande a ensuite été transférée à la division de filtrage de la sécurité nationale de CBSA, où Zahw a été signalé comme interdit de territoire.

La manière dont le DND a pris connaissance de la demande de Zahw et son rejet pourrait ne pas être claire.

Il est également difficile de savoir si Zahw savait qu'il aurait pu être empêché d'entrer au Canada ou s'il avait reçu un type spécial de visa l'exonérant des problèmes de sécurité nationale.

Le bulletin opérationnel interne du gouvernement indique que les directeurs de l’immigration et les agents des visas dans les ambassades étrangères - ceux qui approuvent généralement les visas - peuvent notifier aux ministères fédéraux les cas dans lesquels le refus d’un visa pourrait avoir «des considérations d’intérêt national».

Les hauts fonctionnaires de ces ministères peuvent alors décider d'écrire une lettre d'intérêt national «parrainant» le demandeur et demandant à IRCC de renoncer à tout problème de sécurité.

Selon le bulletin, la décision finale de délivrer ou non ce type de visa est prise aux niveaux les plus élevés d'IRCC après l'évaluation de chaque cas.

Le bulletin indique également que les visas d'ordre public ont la même apparence physique que les visas ordinaires et que les destinataires, tels que Zahw, ne devraient pas être informés lorsque ce type de visa est utilisé.

Le gouvernement ne commenterait pas spécifiquement le cas de Zahw.

Il a toutefois indiqué qu'IRCC a également le pouvoir d'accorder le statut de résident temporaire à des étrangers non réputés interdits d'entrée au Canada en raison de problèmes de sécurité nationale, de violations des droits de la personne et du crime organisé.

Ces cas sont approuvés au même niveau de prise de décision d'IRCC que les visas de politique publique - bien que le processus décrivant comment ces décisions soient prises soit accessible au public.
La demande d'asile suscite des inquiétudes

Si Zahw et sa femme avaient rendu visite à leur famille à Brampton et étaient rentrés en Égypte, les responsables de l'immigration n'auraient pas révélé que son passé militaire était préoccupant.

Ce n'est que lorsque le couple a demandé l'asile - alléguant que des agents des services de renseignement égyptiens les ont maltraités parce que Zahw s'est opposé au coup d'État de 2013 - que le grade de Zahw en tant que brigadier général a été révélé comme un problème.

Selon des avocats du gouvernement, Zahw a été autorisé à se rendre temporairement au Canada, mais une fois qu'il a présenté une demande d'asile - ce qui signifie qu'il voulait rester en permanence - son visa spécial exemptant des préoccupations de sécurité nationale n'était plus valide.

C’est à l’appui de cet argument que les avocats d’IRCC ont révélé la lettre d’intérêt national du DND et le bulletin interne décrivant le programme de visa de politique publique du gouvernement, selon les archives de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié (IRB).

Zahw n'était pas d'accord avec cet argument, affirmant que la position du gouvernement n'avait aucun sens.

Le fait qu'il ait été autorisé à entrer au Canada après avoir été évalué par CBSA, a soutenu Zahw, a prouvé qu'il n'était pas une menace et que tout problème de sécurité que le gouvernement aurait pu avoir a été réglé lors de la délivrance de son visa de visiteur initial.

Zahw, qui travaillait en tant qu'expert en télécommunications au sein de l'armée, a également fait valoir qu'il n'était pas dangereux et n'a pas joué un rôle direct dans le coup d'État de 2013.

Mais la IRB et la Cour fédérale ont rejeté ces arguments, jugeant qu'il y a une distinction entre venir au Canada temporairement et définitivement et que cela n'a fait aucune différence que Zahw ait été directement impliqué ou non dans le coup d'État.

En vertu de la loi canadienne, le gouvernement n'a qu'à prouver qu'il existe des «motifs raisonnables de croire» qu'une personne est membre d'une organisation qui se livre à des actes dangereux - comme renverser un gouvernement par la force - afin de la déclarer inadmissible pour des motifs de sécurité nationale.

Étant donné que la position de Zahw au sein de l'armée égyptienne n'a jamais été contestée, le Tribunal fédéral a rejeté sa demande d'ouverture d'une demande d'asile.

La politique est un exemple «insidieux» de secret

Bien qu'il n'ait pas la permission de parler de l'affaire, l'avocat de Zahw, Hart Kaminker, a déclaré à Global News qu'il pensait que le programme de visa secret du gouvernement était "troublant".

Cela, a-t-il dit, est dû au fait que tant de détails sur la politique sont gardés secrets et parce que cela crée un double standard où les personnes «prestigieuses» qui, selon CBSA, devraient être empêchées d'entrer au Canada sont admises tandis que celles qui n'ont pas les même pouvoir, argent ou influence sont tenus à l'écart.

Lorne Waldman, un avocat spécialisé dans le droit des droits de l'homme et les affaires de sécurité nationale, a examiné le bulletin opérationnel obtenu par Global News et dit que la politique est un exemple «insidieux» de secret gouvernemental.

Il dit qu'il ressort clairement du bulletin que le but du programme est d'éviter d'embarrasser les gouvernements étrangers - dont beaucoup sont de mauvais acteurs - en approuvant secrètement des visas pour les personnes qui sont ou pourraient être complices des types les plus graves de risques pour la sécurité, tels que torture, crimes de guerre, terrorisme ou violations des droits de l'homme.

Le fait que les candidats ne savent pas qu'ils reçoivent un visa spécial rend le programme encore plus problématique, a déclaré Waldman. En gardant le silence sur le passé néfaste d'une personne, le Canada signale aux gouvernements et aux particuliers étrangers que leurs actions sont OK - même quand elles ne le sont pas.

"Lorsqu'il y a un intérêt politique à délivrer un visa, ils le délivrent", a-t-il déclaré.

Et si, comme le gouvernement l’insiste, ce programme est nécessaire pour maintenir les intérêts nationaux du Canada, alors la façon dont ces décisions sont prises et qui les prend devrait être ouverte et soumise à une surveillance indépendante, a déclaré Waldman.

"En le faisant de manière secrète et clandestine, ils cachent au public le fait qu'ils s'y engagent même", a-t-il déclaré.

«C'est extrêmement préoccupant, c'est extrêmement antidémocratique… et les Canadiens ont le droit de savoir.»

Source:

Médias Fake News

Faux Trump n'a pas demandé de recompter le vote en sa faveur en Géorgie

Faux Trump n'a pas demandé de recompter le vote en sa faveur en Géorgie

Novavax 88 millions de doses, La Presse informe que partiellement

Emmanuelle Latraverse suspend son compte parce que Facebook ne censure pas le Président Trump..

La Presse - OBNL fait les éloges d'un violeur abattu par des policiers

La Presse - OBNL fait les éloges d'un violeur abattu par des policiers

Quand La Presse n'a pas d'arguments à apporter sur le « grand remplacement »

Quand La Presse n'a pas d'arguments à apporter sur le « grand remplacement »

Incitation à la violence - Le Journal de Montréal et TVA Nouvelles

Incitation à la violence - Le Journal de Montréal et TVA Nouvelles

Un jeune homme devenu agressif en écoutant TVA Nouvelles ? - COVID-19

Un jeune homme devenu agressif en écoutant TVA Nouvelles ? - COVID-19

Encore une fois les médias traditionnels se trompent - TVA - Radio-Canada - La Presse - Le Devoir - Le Soleil

Encore une fois les médias traditionnels se trompent - TVA - Radio-Canada - La Presse - Le Devoir - Le Soleil

Qui n'aurait pas tomber dans le panneau ? - Kariane Bourassa TVA Nouvelles

Qui n'aurait pas tomber dans le panneau ? - Kariane Bourassa TVA Nouvelles

Au royaume de Big Médias,  le journalisme est mort!

Au royaume de Big Médias, le journalisme est mort!

Radio-Canada - CBC une source de désinformation - Trump perd l’appui des militaires

Radio-Canada - CBC une source de désinformation - Trump perd l’appui des militaires

Les médias Fake News ne vous parlent pas de la défaite de Soros

Les médias Fake News ne vous parlent pas de la défaite de Soros

Quand les médias tentent de faire changer l'opinion publique

Quand les médias tentent de faire changer l'opinion publique

Article supprimé par Radio-Canada (L’achat de vaccins contre la COVID-19 embrouillé par des conflits d’intérêts)

Article supprimé par Radio-Canada (L’achat de vaccins contre la COVID-19 embrouillé par des conflits d’intérêts)

Soleimani était un meurtrier, son chef" est aussi un meurtrier! »

Soleimani était un meurtrier, son chef" est aussi un meurtrier! »

À propos

Les Manchettes c'est un média alternatif qui respecte et encourage la liberté d’expression.

Il apporte de l'information vérifiée et sans le filtre des médias traditionnels, donne la parole sans exclusivité à tous celles ou ceux qui veulent faire la différence en utilisant leurs plumes.